MOT DU PRÉSIDENT

Mot du Président de l’UNA à l’occasion de la rentrée universitaire 2020-2021

Chers collègues,

Chers collaboratrices et collaborateurs,

Chers étudiantes et étudiants,

L’année universitaire 2020-2021 que nous commençons m’offre l’opportunité de m’adresser à vous pour la première fois, après que les hautes autorités nationales m’aient confié l’exaltante mais très lourde mission de présider aux destinées de notre institution, l’Université de Nouakchott Al Aasriya (UNA).

Je profite donc de l’occasion offerte par ce mot pour vous adresser mes salutations les plus chaleureuses et mes vœux les meilleurs de plein de succès de l’entreprise que nous allons mener ensemble. Je dis « mener ensemble » car, pour ma part, je compte exercer mes fonctions dans la concertation, l’échange et l’entente autour des grandes orientations qui détermineront mon action à la tête de l’Université.

Les impératifs du calendrier des mandats de président de l’UNA font que je commence le mien dans des circonstances très particulières, marquées notamment par les perturbations de l’année précédente, suite à la pandémie de la Covid -19 et les conséquences qu’elle a eues sur la vie scolaire et universitaire mauritanienne, sur le pays et sur le monde entier, d’ailleurs. Je mesure largement les défis qui découlent de ce contexte exceptionnel et compte, pour les relever, sur le soutien et l’apport de chacune et de chacun d’entre vous. Il s’agira pour nous d’œuvrer, la main dans la main, pour maintenir le cap de l’excellence qualité à l’UNA, nonobstant les nombreux obstacles qui se dressent devant nous. Pour ce faire, notre action s’articulera, prioritairement, autour des axes suivants :

  • La Gouvernance universitaire par la qualité.
  • L’amélioration de l’efficacité des enseignements et de la recherche scientifique.
  • L’optimisation de la gestion des ressources humaines.

 

1. La Gouvernance universitaire par la qualité.

Le temps est venu pour l’UNA, qui continue l’aventure de l’Université de Nouakchott, née prématurément par césarienne, il y a trente neuf ans, de substituer enfin ses anciennes pratiques administratives et de gestion par une gouvernance universitaire moderne et innovante, fondée sur une vision stratégique, elle-même centrée sur la qualité et la compétitivité et employant des outils de pilotage adaptés à l’époque, à la nature de la mission et à la finalité des actions à mener. Il nous faut tirer profit, autant que faire se peut, des possibilités d’émergence offertes par les progrès enregistrés ailleurs en matière de gouvernance universitaire, dotés de l’ambition légitime de hisser l’UNA au niveau des universités les plus performantes au monde.

Dans cette perspective, j’œuvrerai pour une gouvernance dynamique et créative, orientée vers la qualité et efficacité et prenant en compte les intérêts de chacun des protagonistes concernés : l’Etat, répondant et principal bailleur de fonds de l’Institution, le corps enseignant, moteur de l’action universitaire et les étudiants, objet final et bénéficiaires de cette action. Un staff administratif et organisationnel sera mis en place au fur et à mesure, dans le cadre d’un processus de réforme de la gouvernance de l’UNA, qui vise à réaliser, dans le très court terme, trois objectifs principaux : (i) une planification plus systématique et maitrisée, (ii) une gestion des ressources humaines guidée par le stratégique et (iii) une prise en compte des potentialités et impératifs du marché intérieur et extérieur, pour une meilleure insertion de l’UNA dans son environnement national et international.

Ainsi, un nouvel organigramme sera élaboré et exécuté, sur la base d’un diagnostic de la situation des personnels administratif et technique et de la révision des fiches de postes de l’ensemble de ces personnels, en perspective de l’assurance-qualité et des plans d’orientation stratégiques de l’Université dans toutes ses composantes.

Le suivi et l’évaluation des activités des personnels, suivant un système basé sur la valorisation du mérite et la récompense des performances (et de la sanction éventuellement) sera systématique. Le renforcement des capacités des personnels enseignant, administratif et technique et l'amélioration continue de la qualité seront basés sur une politique déterminée de formation et de perfectionnement de notre capital humain.

2. L’amélioration de l’efficacité des enseignements et de la recherche scientifique.

L’UNA est un service public en charge, en priorité, de la recherche et de la transmission des connaissances de génération en génération et de la formation aux professions et métiers supérieurs. Ces missions exigent une attention particulière, soutenue par l’affectation prodigue des ressources humaines et des crédits financiers nécessaires, pour la création d’un environnement universitaire favorable à l’amélioration de l’efficacité et de la qualité des enseignements, la promotion de la recherche scientifique et la suscitation des publications, aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale.

Dans le but de rehausser la qualité de nos prestations en matière d’enseignement, les services académiques et techniques au niveau des Facultés, des Instituts et des Centres rattachés à l’UNA ont été instruits, lors des visites que j’ai eues à y effectuer de rendre les procédures d’inscription et de suivi du cursus universitaire des étudiants plus efficaces, plus fluides et plus fiables, les évaluations internes et externes plus rigoureuses, l’ouverture et l’accréditation des formations plus respectueuses des normes pédagogiques et académiques et plus soucieuses de la compétitivité de leurs outputs et de l’adéquation avec l’offre d’emplois disponible sur le marché.

Dans ce cadre, l’usage systématique du numérique et des outils d’enseignement innovants, y compris les plateformes d’enseignement à distance (EAD), constitue une option résolument envisagée ;  un challenge pour lequel les moyens humains, matériels et financiers sont dès à présent  mobilisables en partie et le seront dans un proche avenir pour la partie restante.

La qualité des enseignements et la compétitivité des outputs de notre Institution sont les seuls garants de celles de l’UNA, dans un environnement académique mondialisé, marqué par l’exigence pour les universités de se doter d’un système d’assurance qualité validé, en plus des structures d’évaluation nationales, par une structure d’accréditation internationale, en référence à des outils d’évaluation très précis et très exigeants. L’UNA aura rapidement ses propres  processus d’évaluation en la matière, notamment en ce qui concerne la formation, les audits internes des formations et les enquêtes d’insertion professionnelle des diplômés. Nous entreprendrons les démarches nécessaires pour la labellisation internationale de notre système de formation universitaire.

En matière de recherche scientifique, la seconde mission primordiale de l’Université, l’UNA dispose d’un important potentiel qui demande juste à être valorisé : un grand nombre d’enseignants chercheurs jeunes et motivés, des thématiques riches et inexplorées pour la plupart et de nombreux partenaires, universitaires et autres, prêts à accompagner les chercheurs et investir dans la recherche et stimuler l’innovation.

Certes, un travail remarquable est fait par nos enseignants-chercheurs, aussi bien dans le cadre de leurs propres travaux ou de l’accompagnement de leurs  étudiants. Mais ce travail, souvent mené dans des conditions difficiles, avec des moyens personnels et un appui institutionnel faible, sinon inexistant, se trouve peu valorisé et parfois méconnu des milieux universitaires. C’est là une défaillance regrettable de notre système de gouvernance universitaire que j’œuvrerai, pour ma part, à corriger dans les plus brefs délais, en restructurant la recherche scientifique, renforçant les Ecoles doctorales, multipliant et diversifiant les laboratoires et unités de recherche et augmentant, substantiellement, les crédits financiers destinés à la recherche scientifique et aux publications, dans les revues nationales et internationales. En cela, les sciences exactes, où nous enregistrons un retard anormal après près de 39 ans d’existence d’une Université, et les sciences humaines où nous disposons d’un potentiel gigantesque, bénéficieront de la même attention et des moyens nécessaires, suivant la spécificité de leurs domaines.

3. L’optimisation de la gestion des ressources humaines.

La gouvernance de l’Université et l’amélioration des enseignements et de la recherche scientifique par la qualité seront soutenues par une gestion des ressources humaines visant l’optimisation des potentiels à tous les échelons, académique, administratif et manutentionnaire. La tenue du fichier du personnel, la maitrise des incidences financières pour les indexer sur les besoins et les résultats attendus, la circulation de l’information dans le sens vertical et horizontal et la création d’une atmosphère de travail convenable à tous seront les principaux axes de la gestion des ressources humaines de l’UNA, pour la période à venir. De même, la formation continue, de nos enseignants-chercheurs notamment, sera systématisée, dans le cadre d’une politique de renforcement des capacités de tous les personnels de l’Institution, pour le perfectionnement permanent de nos ressources humaines.

La vision qui m’anime, dans l’accomplissement de la mission qui m’a été confiée, est celle d’une vie universitaire motivante, créatrice d’émulation et de solidarité, marquée par la responsabilité, l’efficacité, le professionnalisme, l’abnégation au travail et l’exigence de qualité.

Chers collègues,

Chers collaborateurs

Chers étudiantes et étudiants,

Rien de tout ce qui précède ne pourra être réalisé sans vous tous, chacun en ce qui le concerne et suivant le rôle qui est le sien dans l’œuvre d’amélioration des performances de notre Université. C’est pourquoi j’en appelle à votre engagement personnel et collectif, votre sens du devoir et votre abnégation pour transformer l’UNA, au cours de cinq prochaines années, en une grande université de réputation mondiale et un outil performant au service du développement de la Mauritanie et d’autres pays de la sous-région et du monde. 

La tâche est gigantesque, je le sais, au vu des nombreux obstacles qui se dressent devant nous, mais elle reste à notre portée pour peu que, la main dans la main, nous ayons tous la volonté de l’accomplir.  

Le Président
Dr Cheikh Saad Bouh Kamara